CGX SYSTEM – La brève technique n°3

CGX SYSTEM – La brève technique n°3

Article n°3 – Observations astronomiques au WGS 84 –

A l’heure d’administrer votre domaine skiable, en pleine effervescence et exploitation saisonnière, vous avez besoin de repérer rapidement sur la carte tous vos actifs : dameuses, motoneiges, quads, remontées mécaniques, secours, gares, personnel en intervention via les PTI, coulées de PIDA, etc.

Ce positionnement se fait par l’intermédiaire d’une position GNSS (voir brève technique n°1). Mais comment parvenons-nous à positionner un point sur une carte à plat, en 2D, alors que nous sommes sur une planète qui est à peu près, jusqu’à preuve du contraire, ronde ?

Un peu d’histoire

Dès  -250 ans av. JC l’observation de l’angle de l’ombre du soleil sur un obélisque / bâton à 2 endroits différents séparés par une distance connue a permis à Eratosthène d’affirmer que la terre était ronde. Mais il faut du temps pour qu’une idée s’impose dans les consciences.

Ainsi, les observations astronomiques de plusieurs scientifiques au cours de l’histoire, depuis même nos ancêtres en tenue de peau de bêtes, ont très vite abouti à repérer le mouvement répétitif, cyclique (annuel), des corps célestes dans le ciel. Parmi ces chercheurs, citons des noms connus comme Galilée, Kepler…

Il n’a pas été immédiatement évident pour eux que ces corps célestes parcouraient des orbites les uns autour des autres ! Car la pensée dominante considérait que la Terre était au centre du monde connu. Cela a donné lieu à diverses théories – erronées – avec des va-et-vient de planètes selon des arcs de cercles avec pleins d’exceptions qui ne pouvaient pas être généralisées à tous les corps. Mais l’élaboration progressive de cette connaissance, des calculs savants et géométriques, par apports et essais – erreurs, a conduit à la vision que nous avons aujourd’hui du système solaire.

Dans le respect de cette forme, la planète est alors découpée :

  • en méridien ; cercles qui passent par les pôles sur lesquels par rapport au méridien 0 passant par Greenwich on se positionne par la longitude ;
  • en parallèles ; cercles concentriques vers les pôles depuis l’équateur ou la latitude nous positionne.

Avec ces deux grandeurs allant de -180° à  180°, on se repère. Puis vont émerger de ce cadre les systèmes géodésiques qui positionnent la terre dans une boule afin de positionner à sa surface des points.

Les Etats-Uniens vont populariser le WGS84 (World Geodetic System) en lançant dans les années 80 leur système de positionnement par satellite : GPS.

Comment fait-on alors pour positionner notre point ?

Il ne reste plus qu’à représenter notre point: mais où ?

Sur une carte en 2D pardi, en attendant la généralisation de la 3D et peut-être un jour des hologrammes.

C’est là qu’interviennent les systèmes de projection ! Ce sera l’objet d’une prochaine brève technique ! 🙂

A très vite dans notre prochain numéro !

 

Laisser un commentaire